Comment calculer mon bonus-malus ?

Le montant de votre prime d’assurance auto n’est pas fixe, mais évolue en fonction de votre façon de conduire votre véhicule.  Les conducteurs qui représentent un profil à risque pour leur assurance auto sont donc amenés à voir le montant de leur prime d’assurance auto évoluer. C’est ce que l’on appelle le système de bonus-malus, ou encore le coefficient de réduction-majoration. Découvrez tout ce que vous devez savoir sur cette méthode de calcul.

Une prime d’assurance évolutive

Le montant des primes d’assurance auto est évolutif. Plus vous prouvez à votre assureur votre prudence au volant, plus le montant de votre prime d’assurance auto va baisser. Inversement, plus vous êtes amené à solliciter votre assureur, plus vous représenterez un « profil de risque » élevé. Par conséquent le montant de votre prime augmentera. Cette évolutivité est appelée le bonus-malus.

La méthode de calcul du bonus-malus est fixée par des règles strictes, régies par le Code des Assurances. Les assureurs de voiture ont l’obligation d’appliquer ce coefficient à leur prime.

Des méthodes de calcul strictes

Pour calculer le montant du bonus-malus, on se base sur une méthode de calcul simple :

Le montant initial de la prime représente un coefficient de 1. Il est également de 1 si vous n’avez pas été assuré depuis deux ans.

Ce coefficient diminue de 5% pour chaque période de douze mois où l’automobiliste n’a pas fait appel à l’assureur. C’est ce que l’on appelle le bonus. On multiplie donc le montant de la prime de l’année précédente par 0,95.

Un conducteur qui a eu une conduite irréprochable pendant treize années consécutives voit donc le montant de sa prime diminuer de moitié au bout de cette période. Au-delà de cette période le montant du bonus n’évolue plus.

Inversement, si un conducteur doit faire appel à son assurance auto, il verra le coefficient impacté de 25%. Le montant de la prime sera donc augmenté d’un quart par rapport à l’année précédente. Ainsi, le prix de votre assurance auto peut donc être sensiblement impacté par les sinistres dont vous êtes la cause.

Si vous provoquez plusieurs accidents dans le courant d’une même année, le coefficient précédent sera impacté de 25% à chaque sinistre. Le montant de la prime augmente donc d’un quart pour chaque sinistre.

Si vous bénéficiez d’un bonus de 50% pendant au moins trois années consécutives, alors votre coefficient ne sera pas impacté, à condition qu’il s’agisse du premier accident dont vous êtes responsable.

À noter également qu’après deux années de bonne conduite successives où vous n’avez pas eu de malus, votre coefficient redescend automatiquement à 1.

Est-il possible de contester un malus ?

Certains sinistres ne relèvent pas de la responsabilité de l’assuré et ne génèrent donc pas de malus. C’est par exemple le cas des vols, incendies, accidents dus à un cas de force majeure, bris de glace ou encore accidents de stationnement sans tiers identifié.

Ces sinistres peuvent être mal identifiés par l’assureur, qui peut imposer un malus par erreur à l’automobiliste. Dans ce cas, l’assuré a bien entendu la possibilité de demander un recours. Pour cela, il faut envoyer en recommandé avec accusé de réception à son assurance auto, dans les deux ans qui suivent le sinistre, une contestation du malus, avec tous les documents nécessaires : constat amiable,  procès-verbal …

En cas de non aboutissement du dossier, il est possible de recourir à un médiateur d’assurance pour vous accompagner.

Rédigé par
Plus d'articles de Anna

Guide pour construire un chenil pour votre chien

Votre chien sort tout le temps et vous avez peur de le...
Lire la suite